Vélo à assistance électrique : 8 choses à connaître avant de s’en procurer

Vélo à assistance électrique : 8 choses à connaître avant de s’en procurer

Ces 5 dernières années, les vélos à assistance électrique ou VAE vendus sur le territoire français ont connu une hausse annuelle de 30 à 35 %. Ces chiffres ont atteint les 150 000 unités rien qu’en 2016 et 255 000 en 2017. Même si l’écart est considérable entre la France et l’Allemagne où 1 million de VAE sont vendus tous les ans, derrière cet essor se cache certainement une passion enivrante pour le vélo. Cependant, avant de vous en offrir un, voici 8 éléments essentiels à considérer.

L’assistance électrique

Sur le marché, vous trouverez deux types d’assistance électrique dont la différence réside dans le capteur : le capteur de rotation et le capteur d’effort (ou de couple). Le capteur de rotation est le plus courant. Au moment où vous pédalez, il met en marche l’assistance maximale jusqu’à une vitesse donnée. Ça peut parfois surprendre au début mais devient très ludique ensuite. Le capteur d’effort, quant à lui, permet de fournir une assistance fonction de l’appui sur les pédales : plus vous appuyez fort (en montée par exemple), plus vous aurez d’assistance. L’assistance est donc beaucoup plus progressive et maîtrisée.

La position à adopter sur un vélo

Ce critère varie en fonction de la configuration du cadre. De ce fait, pour un vélo à assistance électrique de ville, vous aurez une position droite, car le cadre est plus traditionnel. Sur un VTT, vous aurez une position sportive, car le cadre a été conçu pour produire cet effet.

Le type de terrain

Les spécificités d’un vélo varient en fonction de son utilité. Pour des courses en ville ou pour effectuer un trajet domicile-travail au quotidien, le vélo à assistance électrique semble la meilleure solution car il est pratique et ne nécessite un effort modéré et régulier. Vous pouvez également opter pour le vélo électrique pliant. Ce dernier est à la fois commode et performant. Dans le cas où il vous arriverait de prendre des routes secondaires ou des chemins difficiles d’accès, optez pour un VTC (Vélo électrique Tout Chemin) voire un VTT (Vélo électrique Tout Terrain).

La batterie 

Sachez qu’il existe plusieurs types de batteries pour un vélo à assistance électrique, mais pour une sécurité optimale, la technologie Lithium-Ion est la plus crédible, d’autant qu’une filière de recyclage existe pour ce type de batterie. Les batteries au Plomb ou au Cadmium ne sont plus conseillées. En plus d’être pesantes, elles ont une longévité raccourcie. Veillez également à la performance de la batterie afin que celle-ci soit adaptée à votre besoin en termes de trajet (notamment dans le cas de trajets domicile-travail). Pour un VAE, la capacité de la batterie varie de 8 à 15 Ampères heure.

L’autonomie varie beaucoup en fonction de la capacité de la batterie, à titre d’exemple une batterie 9Ah est donnée pour une autonomie d’environ 45km ; Mais l’autonomie varie beaucoup en fonction de l’utilisation : si l’assistance est au maximum, si les pneus sont mal gonflés, si le parcours comporte beaucoup de montées… à noter que la capacité se réduit avec l’âge de la batterie. On a donc tout intérêt à prévoir une batterie légèrement surdimensionnée pour anticiper son vieillissement.

L’emplacement du moteur

Le moteur peut être placé dans la roue avant, la roue arrière, ou au niveau du pédalier. Sa position influe sur la conduite et la stabilité. La tendance est d’avoir des moteurs pédaliers plutôt en haut de gamme. Souvent couplés à un capteur d’effort, ils permettent un bon ressenti dans l’arrivée de la puissance d’assistance. Les moteurs roue avant sont plutôt considéré comme des entrées de gamme, et les moteurs arrière plutôt en milieu de gamme, bien que cela dépende beaucoup du type de capteur associé à ces moteurs.

Le moteur 

Le moteur est l’élément qui définit la puissance du vélo à assistance électrique. Selon la réglementation française, tous les vélos à assistance électrique auront une puissance de 250 Watts. Quant à la vitesse maximale autorisée, elle est de 25 km/heure. Au-delà de cette vitesse, l’assistance électrique sera interrompue.

Les pièces de remplacement

Avant de choisir un vélo, il faut tenir compte de la disponibilité de ses pièces de rechange Il se pourrait qu’à l’avenir, un élément qui s’était vendu en pièces détachées ne le sera plus. N’hésitez pas à vous renseigner auprès du vendeur et si possible, mieux vaut tout de suite s’en procurer à l’avance en guise de réserve.

Le passage d’une vitesse à une autre

Il y a deux types de changement de vitesse : par le dérailleur et dans le moyeu arrière. Le dérailleur étant le plus courant, il vous permet de changer de vitesse au cours du pédalage et s’adapte à toutes les conduites. Le moyeu arrière lui, offre l’avantage de pouvoir changer de vitesse même à l’arrêt, et réduit les risques de déraillage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *