01 75 32 78 19
S'inscrire à la newsletter
09/04/2018

La grève à la SNCF a débuté le mardi 3 avril. Depuis ce jour, la grève est dans toutes les conversations et on constate que beaucoup de gens sont mécontents. Il va donc falloir trouver des alternatives de déplacement pendant trois mois. Alors que chaque jour, ce sont près de 5 millions de voyageurs qui prennent le train, dont 80% en Ile de France. Nombreux sont ceux qui vont devoir se reporter sur le car ou la voiture pour se déplacer. Or cela va entraîner une explosion des émissions de CO2.

Les cars font le plein

Dans la région francilienne, déjà pas moins de 400 kilomètres de bouchons cumulés à 8h ont été comptés lors de la matinée de grève. Près de Lyon, les axes très fréquentés par les usagers TER ont été très saturés. Aujourd’hui, le scénario ne cesse de se répéter.

Les cars Macron font aussi le plein. Chez FlixBus France, leadeur du secteur avec Ouibus. “Le mois d’avril s’annonce très fort pour Flixbus, d’autant que s’ajoutent les vacances scolaires au phénomène des grèves”, s’affirme, son directeur général.” Les trajets Paris-Lyon étaient tous complets le premier jour de grève.

Même constat chez Isilines, filiale du groupe Transdev. “Sur l’ensemble des lignes, les réservations ont triplé par rapport à la normale, tant pour les Paris-Marseille ou Paris-Lyon que pour les courtes distances”, selon son directeur général, Hugo Roncal. ”

Autre alternative au train : covoiturage gratuit mais limité

Dans le but de limiter les émissions de CO2, le patron de la SNCF a annoncé la gratuité de son covoiturage IDVRoom durant les grèves.

La présidente de l’Ile-de-France, Valérie Pécresse, a aussi mis en avant la gratuité du covoiturage dans la région pendant les grèves et lancé un appel aux conducteurs «Tous ceux qui prennent leur voiture les jours de grève, prenez des passagers avec vous, inscrivez-vous sur des plates-formes, soyez solidaires…». Sur les autoroutes, on remarque le même message sur les panneaux d’informations «grèves, pensez covoiturage».

BlaBlaCar annonçait lundi 2 avril que son niveau de réservations pour ce mois avait doublé par rapport à un mois normal. Par contre, ce n’est toujours pas facile de faire correspondre son trajet avec ceux proposés sur les sites. Et lorsque c’est le cas, les réservations sont souvent complètes.

Les cheminots défendent l’environnement

Reste aussi le bon vieux stop, avec le lancement d’Autostop-Citoyen en fin mars par la Ville de Paris, Facebook, Waze et la SNCF. Pour les conducteurs volontaires, il suffit juste d’imprimer un macaron et de le mettre en vue sur son pare-brise afin de signaler qu’on est prêt à prendre des auto-stoppeurs.

Découvrir l’offre covoiturage de Bemobi.

Source: www.novethic.fr (avril 2018)

Toutes les actualités