01 75 32 78 19
S'inscrire à la newsletter
05/04/2018

La prime à l’achat d’un vélo électrique a été modifiée. Depuis février 2018, les règles ont changé. Un décret paru au Journal officiel le 31 décembre 2017 modifie les conditions d’attribution.

L’aide de l’état ne peut être attribuée qu’une seule fois par personne (l’acheteur ne devant pas revendre son vélo dans les douze mois suivant l’achat). Elle est réservée aux seules personnes physiques qui n’ont pas payé d’impôt dans l’année précédant l’achat. Il faudra également résider dans une collectivité qui délivre déjà ce type de bonus. Les Français qui souhaitent faire l’acquisition d’un vélo à assistance électrique seront alors moins nombreux à pouvoir bénéficier d’une aide de l’Etat. Auparavant, tous les Français pouvaient y prétendre sans condition de revenus.

Aujourd’hui, les deux aides (celle de l’état + celle de la commune) sont cumulables mais le montant total ne pourra pas dépasser 200 euros ou 20% du coût d’acquisition du vélo. Ce dernier vient en effet réduire le nombre d’acheteurs potentiels éligibles à la prime à l’achat

Le vélo : près de 1 500 euros, en moyenne

Quelques chiffres sur les bénéficiaires de l’aide à l’achat d’un vélo électrique ont été publiés en septembre 2016 par l’Ademe. Selon l’étude, 47% des ménages qui l’ont perçue disposaient d’un revenu net mensuel supérieur à 4 000 euros. Ils étaient même 21% à franchir la barre des 6 000 euros. Le prix d’achat moyen, tous circuits de distribution confondus, était quant à lui estimé à 1 460 euros. Le montant moyen de l’aide à l’achat étant de 246 euros, selon l’Ademe, le « reste à charge » pour l’acheteur s’élevait alors à environ 1 220 euros.

134 000 vélos à assistance électrique se sont vendus en France sur l’année 2016, d’après le dernier Observatoire du cycle, établi par Univélo au printemps 2017. Soit une progression de 31,4% par rapport à 2015.

Source: www.leparisien.fr (mars 2018)

Toutes les actualités