Adeline

Les entreprises agissent pour la mobilité, Bemobi les y aide

Adeline

Le groupe la Poste, via sa filiale Bemobi, a présenté, au Forum DD, son offre de conseil et solution mobilité à destination des entreprises et des collectivités.

Le Forum dd, pour Forum du développement durable, en est à sa 8ème édition et, pour la 8ème fois, Le Groupe La Poste en était partenaire et co-organisateur. Le principe est simple et consiste à présenter les meilleures pratiques DD, en Alsace, pour inciter les entreprises ou collectivités à adopter une démarche responsable.

Cette année, Le Groupe La Poste est intervenu sur le thème du plan de déplacement entreprises (PDE) ou Plan de Mobilité (PDM), rendu obligatoire au 1er janvier 2018 pour les établissements de plus de 100 salariés sur un même site. Bemobi, filiale du Groupe, était invité à participer à un atelier dédié à ces plans et répondre aux questions des entreprises : « Comment mettre en place un PDE et pour quels résultats ? ». Adeline Gogé Lefaivre, directrice marketing et communication de Bemobi, présentait les enjeux des établissements soumis à PDE et donnait les clés de compréhension pour aborder le sujet. Il s’agit en effet d’une véritable opportunité pour un établissement, un projet permettant de fédérer les collaborateurs autour d’un objectif : revoir la position de la voiture dans les déplacements domicile – travail ou professionnels.

 

Cadrage avec communication interne régulière auprès des salariés et des organisations syndicales, diagnostic, concertation et enfin plan d’actions sont les étapes qui rythment l’avancée du projet. Comment aller sur son lieu de travail ? Quels sont les modes de transport disponibles sur mon trajet, direct ou indirect via l’école du petit dernier ou le boulanger ? Adeline Gogé Lefaivre précise : « Il ne faut pas penser aux transports en commun comme un usage unique, mais bien résonner multimodalité. L’utilisation du vélo au quotidien est en train d’émerger partout, notamment le vélo à assistance électrique (VAE). Nous cherchons à proposer des solutions innovantes. »

Co-animateur de l’atelier, Zacharie Rubio-Hssain, responsable RSE à la Banque Populaire Alsace Lorraine Champagne, a souligné que « le PDE, c’est aussi une démarche d’amélioration continue. A maturité, on réfléchit aussi à l’ensemble des déplacements, y compris à l’intérieur d’un site. »

Bemobi accompagne les entreprises dans la construction de leur PDE, mais aussi dans l’optimisation des flottes de véhicules et l’intégration de solutions de mobilité collaborative.

assises mobilité

Elisabeth Borne annonce un Plan National Vélo à l’issue des Assises

Il faut un plan national vélo assumé, sincère et financé

13 décembre, en conclusion des Assises de la Mobilité, la Ministre en Charge des Transports, Elisabeth Borne, annonce le lancement d’un “plan national  vélo”, en collaboration avec la Ministres de la Santé, le Ministre de l’Education National et la Ministre des Sports.

Une décision qui tombe à pic : depuis mars 2017, la FUB (Fédération des usagers de la bicyclette) et ses partenaires dont Bemobi, mènent une large campagne pour promouvoir la solution vélo. Lors des campagnes électorales, présidentielles et législatives, de nombreux candidats, dont le président élu Emmanuel Macron, se sont engagés à soutenir une stratégie nationale vélo.

91 % des 67 parlementaires élus ayant répondu à notre sollicitation se sont engagés à soutenir la création d’un fonds national vélo, 83 % à systématiser l’apprentissage du vélo à l’école, 74 % à relever le plafond d’exonération d’impôts de l’Indemnité kilométrique vélo, et 73 % à pérenniser un dispositif national d’aide à l’achat d’un Vélo à Assistance Électrique (VAE). Mais au-delà de ces réponses ponctuelles, tous et toutes souhaitent un véritable plan vélo national d’envergure. La FUB espère que ces engagements consensuels ne constituaient pas seulement des promesses de campagne.

“Il faut arrêter de regarder le vélo avec condescendance, en considérant que c’est un sujet mineur”  annonce Elisabeth Borne lors de son discours de clôture.

La sédentarité est en passe de devenir un enjeu de santé public plus grave que le tabagisme. Marcher ou faire du vélo est potentiellement la réponse la plus simple et efficace à cette crise sous-estimée. Pour cela, il ne suffira pas d’une ou deux mesures emblématiques, il faut un véritable « système vélo ». La nouvelle Loi Mobilité doit permettre la mise en place d’un tel système, avec un Plan Vélo assumé, sincère et financé.

Création d’un fonds national vélo

La FUB demande à l’État d’adopter une stratégie nationale pour le vélo en se dotant d’une véritable délégation interministérielle pour la marche et le vélo, ainsi qu’en mettant en place un fonds national pour le vélo, doté d’au moins 200 millions d’euros par an.

Ce fonds vélo servira à financer 5 axes prioritaires :

  • le lancement d’un appel à projet « territoires pilotes – 100% marchables et cyclables »
  • la résorption des coupures urbaines et des points noirs de sécurité routière
  • la mise en place massive de stationnements sécurisés : notamment 200 000 places en gares SNCF
  • l’achèvement de la réalisation du Schéma National des Véloroutes et Voies Vertes (SN3V)
  • un plan de communication positive et moderne en faveur de la pratique quotidienne des modes actifs

Les autres mesures d’accompagnement

La FUB propose également d’autres mesures pour créer une véritable culture vélo. Généraliser l’apprentissage de la mobilité à vélo dès l’école primaire afin de rendre crédible l’option vélo aux enfants et aux parents. Engager des actions fortes pour lutter contre le vol, via l’investissement massif dans le stationnement sécurisé des vélos (dans les gares, mais également dans le bâti ancien) et un recours systématique au marquage des vélos (contre le recel), y compris avant mise en vente.

La mise en place de dispositifs fiscaux réellement incitatifs, notamment en généralisant (aux différentes fonctions publiques) et en rendant obligatoire l’Indemnité kilométrique vélo (IKV). Son montant annuel exonéré doit être revu pour atteindre 500€.

Enfin, la FUB demande à l’État un dispositif efficace d’aide à l’achat de vélos à assistance électrique. La solution avancée dans le PLF 2018 ne semble pas à la hauteur de l’enjeu, particulièrement au regard de la crise sanitaire liée au manque d’activité physique, qui touche notamment les seniors.

Toutes les études montrent que les retombées du vélo dépassent l’investissement consenti dès l’année suivante !

 

Les français ont une appétence croissante pour le déplacement à vélo

Les assises de la mobilité pour cadre

La Fédération des usagers de la bicyclette (FUB) se réjouit de constater que son enquête « Parlons vélo », matérialisé en un Baromètre des villes cyclables, se positionne comme « la contribution citoyenne majeure des assises de la mobilité ». Elle serait, selon la Fub, « la plus grande enquête jamais menée en France auprès des usagers du vélo, et la 2e d’Europe ». Les résultats pèsent donc un certain poids, en mettant au jour que le grand public attend « du gouvernement une politique pro-vélo ambitieuse pour accélérer la transition des mobilités ».

Le message est fort, à l’intention des porteurs des assises de la mobilité, appelant à une « rupture avec la politique du tout-voiture ». En échange, les participants à l’enquête veulent signifier que « la ‘solution vélo’ a le potentiel pour améliorer concrètement le quotidien des Françaises et des Français ».

En réponse, « l’Etat doit permettre à tous de se déplacer à vélo confortablement et en sécurité », plaide-t-on à la Fub. Voilà pourquoi elle espère « un véritable ‘plan vélo’, sincère et financé », à inclure dans la future loi de mobilité.

 

Grandes tendances

Au niveau de la sécurité : les répondants estiment à plus de 80%, qu’il est important de séparer la mobilité à vélo du trafic motorisé, et que les conditions actuelles ne permettent pas aux enfants ou aux personnes âgées de se déplacer de façon sûre avec cet engin. En conséquence, « la Fub demande à l’Etat de lancer un appel à projet financé pour des territoires pilotes 100% cyclables ».

Question courtoisie des usagers de la route, les 90% à constater que des conducteurs se garent fréquemment sur les voies réservées aux vélos sont à rapprocher du petit 8% qui s’estiment respectés par les conducteurs de véhicules motorisés. Sur ce sujet, la fédération « demande à l’Etat de rendre systématique l’apprentissage de la mobilité à vélo dans le cadre de l’école primaire ».

Concernant le stationnement des vélos, seulement 20% des répondants trouvent qu’il est facile de stationner son vélo en sécurité près des gares ou stations de transports en commun, contre 92% qui jugent que les vols de vélos sont fréquents, craignant pour la sécurité de leur véhicule. Voilà pourquoi « la Fub demande à l’Etat la mise en place d’un plan de stationnement intermodal sécurisé et de lutte contre le vol de vélos ».

 

Un fonds vélo financé par la voiture

Plus largement, la Fédération a fait 26 propositions dans son cahier d’acteurs remis à l’occasion des assises nationales de la mobilité. La FUB propose la création d’une délégation interministérielle à l’usage de la marche et du vélo, et la création d’un fonds vélo d’au moins 200 millions d’euros par an, qui servira à financer les mesures proposées dans son document.

Comment abonder ce fonds ? La FUB propose trois sources de financement : une contribution financière et publicitaire des marques automobiles (budget des annonceurs automobiles : 2,2 milliards d’euros/an). Cette contribution permettrait d’abonder un fonds de travaux publics spécialement dédié aux modes actifs. La FUB envisage également une contribution volontaire des collectivités territoriales (pour les territoires périphériques moins bien dotés), et celle de la Sécurité sociale, mettant en avant les bénéfices pour la santé de la pratique du vélo.

 

Pour plus de détails sur le Baromètre: https://www.fub.fr/fub/actualites/contribution-majeure-assises-mobilite-s-appelle-parlons-velo/

 

Pour découvrir les solutions de déplacement à vélo proposées par Bemobi:

Vélopartage

Vélo à location longue durée

 

parlons vélo

BEMOBI, partenaire de la FUB, dévoile 3 grands enseignements du Baromètre des Villes Cyclables

Parlons vélo: le baromètre des villes cyclables

Avec plus de 110 000 réponses, le Baromètre des Villes Cyclables lancé par la FUB(1) (Fédération des Usagers de la Bicyclette) est la plus grande enquête jamais menée en France auprès des usagers du vélo, et la 2e d’Europe. Illustration d’une passion retrouvée, cette enquête sur le vélo constitue la plus large contribution citoyenne aux Assises de la Mobilité auxquelles La Poste est très engagée. Les résultats montrent que les Français attendent du gouvernement une politique pro-vélo ambitieuse pour accélérer la transition des mobilités.

La Poste par l’intermédiaire de sa structure écomobilité « Bemobi », soutient ce baromètre qui vient enrichir la connaissance des enjeux de la pratique du vélo au quotidien sur le territoire national.

Les résultats permettent de comprendre et d’analyser finement les conditions favorables au développement de la mobilité à vélo et au report modal dont Bemobi est l’un des fervents promoteurs dans le cadre du déploiement de ses solutions mobilité durable.

1. SÉCURITÉ (1) :

• 80 % des répondants (85 % des répondantes) estiment qu’à vélo il est important d’être séparé du trafic motorisé.

2. BIENVEILLANCE (2) :

• 90 % des répondants constatent que des conducteurs se garent fréquemment sur les itinéraires cyclables qui leur sont réservés.

3. STATIONNEMENT (3) :

• 92 % des répondants estiment que les vols de vélo sont fréquents et craignent pour la sécurité de leur véhicule.

Les Assises de la Mobilité, dont La Poste a pris part à l’occasion de plusieurs groupes de travail, sont une formidable occasion pour intégrer les services vélo comme véritable alternative au tout voiture et ainsi faciliter l’usage du vélo quotidien et notamment dans les trajets domicile-travail.

 

(1) Propositions n°1, 3, 4, 8 et 9 du cahier d’acteurs de la FUB
(2) Propositions 13, 15 et 17 du cahier d’acteurs de la FUB
(3) Propositions 16 et 19 du cahier d’acteurs de la FUB