Bemobi propose une offre de gestion de flotte de vélos à assistance électrique

Bemobi propose une offre de gestion de flotte de vélos à assistance électrique

Offre de gestion de flotte de vélos à assistance électrique

En cette semaine européenne de la mobilité, alors que s’ouvrent les Assises de la mobilité, Bemobi dévoile une offre de gestion de flotte de vélos à assistance électrique à destination des entreprises et des collectivités.

“Les modes de transports évoluent et le vélo à assistance électrique a toute sa place dans le paysage de la multimodalité”, estiment les dirigeants de Bemobi, entité du Groupe La Poste dédiée à la mobilité durable. Lesquels constatent que “le succès des dispositifs de vélo en libre-service a montré que l’usage du vélo n’était pas réservé à quelques inconditionnels, mais que bien au contraire, qu’il s’adressait au plus grand nombre”.

Afin de servir cet usage, Bemobi lance une offre de gestion de flotte de vélos à assistance électrique à destination des entreprises et des collectivités; une nouvelle offre qui va, espèrent-ils, “permettre d’accélérer l’adoption du vélo pour les trajets quotidiens et trajets professionnels en favorisant l’expérimentation”.

S’appuyant sur le savoir-faire du Groupe La Poste, acquis au travers de la gestion de 25 000 vélos à assistance électrique destinés aux facteurs, cette démarche – encouragée par les pouvoirs publics, les exigences réglementaires, d’environnement et de santé publique – s’inscrit dans une dynamique déjà engagée au niveau européen. En effet, les pouvoirs publics, conscients de ces évolutions et des bénéfices indéniables de la pratique du vélo en matière de santé et d’environnement, ont lancé plusieurs actions en faveur de son développement : plans de mobilité, plan national vélo, indemnités kilométriques vélo.

Des offres adaptées à chaque type de besoin

Bemobi veut “faciliter et encourager le report modal vers le vélo (en vélo à assistance électrique, 8km de trajet se font en moins de 30mn)”. Il est en effet prouvé, que l’adoption du vélo à assistance électrique permet de modifier durablement les comportements pour ses trajets quotidiens (étude BMA 2012-2016 : 4 démonstrateurs auprès de 124 personnes expérimentant le vélo à assistance électrique pour leurs déplacements domicile-travail. 50% ont pérennisé leur usage du vélo pour leurs déplacements quotidiens). Mais avant de l’adopter, il faut l’expérimenter ! “L’usage peut être accéléré avec l’appui des collectivités et celui des entreprises”, soulignent les responsables de Bemobi.

Bemobi propose trois offres :

L’offre vélo partage : partager son vélo avec ses collègues:

Améliorer la mobilité des collaborateurs grâce à la mise en place de vélos en libre-service, expérimenter le vélo au quotidien pour des déplacements inter-sites, pour son trajet domicile-travail, pour profiter de la pause méridienne ou pour faire quelques courses. Une station d’accueil connectée à un système de réservation en ligne est installée sur site et les vélos, ainsi que les équipements de sécurité, sont à disposition du salarié à tout moment.

L’offre vélo de fonction pour des trajets personnels et professionnels :

Faciliter l’accès de ses collaborateurs à la mobilité active en optant pour le vélo de fonction.

Le pack est composé par le salarié parmi une gamme de vélos et accessoires permettant plus de 50 combinaisons et ainsi, de s’adapter aux besoins individuels : un siège bébé, un vélo cargo par exemple. En complément, un service d’assistance est proposé pour offrir confort et tranquillité en toutes circonstances.

L’offre vélo location longue durée en collectivité :

Permettre à des citoyens de disposer durant 3 à 12 mois d’un vélo à assistance électrique.

La collectivité propose un dispositif clé en main grâce au service complet de gestion et d’assistance Bemobi : plateforme de gestion et d’administration de la flotte de vélos à assistance électrique, système informatisé de réservation et de paiement, assistance et maintenance, communication auprès des usagers. En favorisant l’expérimentation, ce dispositif permet de contribuer durablement à la réduction de la voiture sur un territoire.

Les vélos mis à disposition sont pensés et conçus pour un usage utilitaire au quotidien et bénéficient d’une autonomie de 60km en moyenne. Chaque vélo est assuré et dispose d’un équipement de sécurité et d’hygiène (casque, gilet, antivol agréé etc.) ainsi que d’un panier ou de sacoches pour faciliter le transport de charges.

Un marché en forte croissance en France et en Europe

Le marché du cycle se développe fortement en France. En 2016 il s’est vendu près de 3 millions de vélos. On note un réel engouement pour le vélo à assistance électrique, plus 31 % avec 134 000 unités vendus en 2016 (source FUB*). Ces chiffres sont à comparer au marché Européen plus dynamique encore : rien qu’en Allemagne, ce chiffre gravite autour des 600 000 ventes. Il y a donc de la marge en France pour un usage plus étendu et plus quotidien du cycle et en particulier du vélo à assistance électrique.

Les principaux motifs d’utilisation du vélo sont la santé / l’exercice à 80%, le plaisir à 66% et les économies faites sur le coût du transport à 43% (Le vélo et les français en 2012, Club des Villes et Territoires Cyclables).

Ces chiffres font apparaître l’enjeu du vélo au quotidien, pour lequel on estime que seules 14 % (parmi les 98 % de la population ayant appris à faire du vélo) des personnes interrogées utilisent leur vélo pour des motifs utilitaires comme aller au travail, à l’école / à l’université ou pour faire des achats (Le vélo et les français en 2012, Club des Villes et Territoires Cyclables).

Le vélo ne représente à ce jour que 3% des trajets quotidiens en France. Le vélo à assistance électrique permettra dans les années à venir de contribuer fortement au report modal des transports en commun et de la voiture vers les mobilités actives, du fait de sa facilité d’usage pour des trajets plus longs que le vélo classique.

Plus de distance sans fatigue, le vélo à assistance électrique est un moyen pour les collectivités, de doubler la part modale du vélo en quelques années. “En lançant une offre centrée sur le vélo à assistance électrique, l’approche de Bemobi s’inscrit dans une démarche mobilité durable et multimodalité. L’objectif n’est pas de remplacer l’ensemble d’une flotte mais bien de compléter les modes existants : VLS, autopartage, taxis, véhicules d’entreprise, et ainsi ouvrir à d’autres modes de déplacement”, explique Frédéric Delaval – directeur de l’UA Ecomobilité Bemobi – Groupe La Poste.

Extrait étude FUB*-Groupe La Poste – juillet 2015

Avantages

Selon une enquête qui met en avant les avantages et freins perçus des usagers de vélo à assistance électrique au quotidien pour mieux comprendre leurs besoins*, la pratique du VAE fait appel au vocable suivant :

Bien-être – anti-stress, plaisir, liberté, silencieux, magique, sérénité
Coût – économique
Déplacement – autonomie, mobilité, rapide, doux, pratique, facile, sûr, puissant
Environnement – écologique, propre

Vélo à assistance électrique vs vélo traditionnel :

Le vélo à assistance électrique reste un vélo- Possibilité d’allonger les distances parcourues tout en réduisant le temps pour les parcourir
La pratique du vélo à assistance électrique n’entraîne pas de sueur ni de fatigue excessive : assistance proportionnelle, moindre effort
Le vélo à assistance électrique rentre dans une pratique utilitaire et régulière
Le vélo à assistance électrique procure une certaine liberté de non effort

Vélo à assistance électrique versus voiture thermique :

Les économies réalisées : pas d’achat de voiture, pas d’entretien, pas de carburant, pas d’assurance, pas de contravention
Pouvoir mobiliser son temps de trajet pour pratiquer une activité physique
Garder un lien avec l’environnement
Il est très facile de se garer même en centre-ville
Garder une vitesse comparable à celle de la voiture sur l’ensemble du trajet

Freins : Sans surprise, c’est le coût qui est la plus forte contrainte à 70,2%, la peur du vol et l’incapacité à réparer soi-même son VAE arrivent en 3ème et 4ème réponse 26,2 % et 24.6%. Cela démontre le besoin et la pertinence de disposer d’un dispositif clé en main, sécurisé et sans souci de maintenance.

*FUB : Fédération française des Usagers de la Bicyclette – étude portant sur 868 réponses menée en 2015

” En lançant une offre centrée sur le Vélo à Assistance Electrique, notre approche s’inscrit dans une démarche de multimodalité. L’objectif n’est pas de remplacer l’ensemble d’une flotte mais bien de compléter les modes existants : VLS, autopartage, taxis, véhicules d’entreprise. Nous avons la conviction que l’usage du vélo au quotidien pourra être soutenu par les entreprises et collectivités territoriales et devenir une évidence dans les années à venir. ”

Publié sur : www.decision-achats.fr (septembre 2017)

 

Assises nationales de la mobilité 2017: Arrêt de la prime pour l’achat d’un VAE

Suite à l’annonce du gouvernement au cours des Assises Nationales de la mobilité sur l’ârret à la prime pour l’achat d’un VAE, le Club des villes et territoires cyclables a sorti un communiqué qui qualifie cette décision de “contre-signal désastreux.”

 

L’Arrêt de la prime pour l’achat d’un VAE est un contre-signal désastreux.

« Circulez, autrement qu’à vélo, y a rien à voir… nous dit le Gouvernement au démarrage des Assises nationales de la mobilité ! »

 

« Les Assises de la mobilité, annoncées par le Président de la République en juillet et lancées par le Premier ministre la semaine dernière à Paris, viennent de commencer, pour trois mois, et qu’apprend-t-on hier ? Que le gouvernement a décidé de ne pas prolonger la prime pour l’achat d’un VAE mise en place il y a seulement quelques mois ! Pour quelles raisons ? Mystère sinon le fait que le bonus semblerait « trop bien marcher ». Donc on le supprime. Cherchez l’erreur.

 

Pourquoi se hâter ainsi sur une mesure sans l’évaluer ? Nous l’ignorons. Le Gouvernement a-t-il pris connaissance des nombreux travaux, notamment ceux de l’Ademe, qui ont mis en évidence l’impact des incitations économiques en général sur l’usage du vélo et celui très considérable du VAE sur le transfert modal de la voiture individuelle vers cette solution de mobilité? Manifestement non ! Nous ne cessons pourtant de rappeler les bénéfices multiples, évalués, de l’usage du VAE en terme d’environnement, de santé publique et d’emploi. Le VAE étend le domaine d’emploi du vélo, en touchant des personnes jusqu’alors éloignées de ce mode : les actifs, les femmes, les personnes de plus de 50 ans, les personnes souffrant de handicap. De plus, les autres modes aidés par l’Etat, voiture et 2RM, sont-ils soumis à la même exigence vis-à-vis du rapport coût/bénéfice des bonus dont ils bénéficient ? La réponse est tout simplement non !

 

30 VAE vs 1 voiture électrique

 

Avec une prime pour l’achat d’une voiture électrique, on finance la prime pour 30 vélos à assistance électrique. Mais c’est sur le maintien de l’aide à l’achat de ce dernier qu’il était manifestement urgent que le Gouvernement cogne. L’enjeu n’est donc manifestement pas les économies réalisées.

 

Plus encore cette décision a aussi une portée symbolique, inévitablement, dans le contexte de démarrage des Assises de la mobilité. Le symbole – quel symbole – d’une nouvelle approche de l’économie de la mobilité du quotidien ? Car c’est bien ce qui soulève notre indignation : comment peut-on prendre une telle décision dans un contexte de concertation large à laquelle tous les acteurs sont invités. Les conclusions des Assises seraient-elles, dès lors, déjà écrites ?

 

En plus de la décision, de ses conséquences sur le ralentissement à craindre de l’essor du VAE (et de toute la filière économique créatrice d’emplois locaux qui se structurait) qui entraine dans sa roue le vélo en général comme solution de mobilité pour les territoires – tous les territoires y compris périurbains et ruraux -, ce sont en effet les modalités de la concertation qui s’engage qui interpellent.

 

A partir de là, légitimement, se pose pour les acteurs des mobilités actives que nous sommes la question : faut-il participer aux Assises de la mobilité pendant les trois prochains mois ? Est-ce bien nécessaire ?

 

Après un si mauvais signal de départ, nous attendons du Gouvernement qu’il apporte des réponses à cette question et surtout des engagements (puisqu’après tout la Loi de finances n’est pas encore votée) notamment à 11 jours de l’ouverture des Rencontres nationales du transport public et de notre 21e Congrès national à Marseille. »

 

Communiqué du Président du Club des villes et territoires cyclables, Pierre Serne – 28 Septembre 2017

Source: www.villes-cyclables.com

Pour contacter le Club des villes et territoires cyclables: info@villes-cyclables.org

Focus sur votre Plan de Mobilité

A l’occasion des 3ème assises nationales des plan de mobilité qui se déroule aujourd’hui (28 septembre 2017 ) à Grenoble, faisons un petit tour sur les différentes solutions pour mettre en place un bon plan de mobilité.

 

Développer le travail à distance dans son établissement

De plus en plus d’établissements réfléchissent à développer le travail à distance. Même s’ils sont souvent prudents, les dirigeants s’engagent pourtant de plus en plus dans ces nouvelles formes d’organisations du travail. Etroitement lié à la mobilité, il se positionne donc comme une des composantes majeures des plans de mobilités. L’évolution du cadre juridique vise d’ailleurs à faciliter cette pratique en sécurisant autant le salarié et l’employeur au niveau des assurances, et ainsi lutter contre le « télétravail gris ou informel ». Toutefois, il faut repenser les différentes formes de travail à distance et les nouvelles technologies de l’information et de la communication qui vous permettront d’améliorer la productivité de votre salarié tout en luttant contre son isolement ou sa désociabilisation.

 

Le covoiturage

Au grès des innovations, la voiture partagée (et plus précisément le covoiturage) est devenue un mode alternatif à part entière et sa prise en compte dans les plans de mobilité est désormais systématique que ce soit pour les déplacements domicile-travail ou professionnels. Cependant pour être suffisamment performant, il est nécessaire d’atteindre une masse critique qui ne peut être envisageable que par une plateforme de mise en relation. Pensez également aux fonctionnalités telles que la certification du trajet, l’indemnité kilométrique covoiturage et les nouvelles interopérabilités des plateformes régionales qui vous permettront d’atteindre ces masses critiques et faire du covoiturage au sein de votre établissement un réel outil de transport collectif.

 

Communiquer et animer son plan de mobilité

Le PDE est un outil de management de la mobilité, il vit et évolue en permanence. La communication en est l’élément central. Impactant par définition l’organisation quotidienne des salariés, son succès ne peut donc se faire que s’il est co-construit par l’ensemble des parties prenantes de l’établissement et notamment des salariés. Il est important de ne pas sous-estimer ces temps d’échange, de partage et de discussion avec son personnel car c’est généralement de là que se dessine les pistes d’améliorations et les actions envisageables pour l’employeur. les feedbacks des collaborateurs dooivent redonner souffle à votre plan de mobilité et lutter contre l’utilisation systématique de la voiture individuelle !

 

Prévention et sécurité routière

Comment concilier mon plan de prévention des risques et mon plan de mobilité ? Première cause d’accidents mortels au travail, le risque routier est un enjeu majeur pour bon nombre d’employeurs. Que ce soit dans le cadre de leurs trajets domicile/travail ou de leurs missions, les salariés sont confrontés à de multiples facteurs accidentogènes (téléphone, fatigue, alcool, chargement, vitesse…). Il faut identifier toutes les clés pour aborder sereinement la question de la sécurité routière au sein de votre établissement et ainsi satisfaire à vos obligations en tant qu’employeur.

 

Le vélo !

Mettre une dose de vélo dans son cocktail de mobilité sur le trajet domicile/travail ou choisir le vélo comme mode principal : deux dynamiques gagnantes de transfert de la voiture solo vers la mobilité alternative dans les plans de mobilité ! Le succès de ces solutions suppose toutefois d’avoir identifié, grâce à la concertation entre l’entreprise, les salariés et la collectivité, les freins, les leviers efficaces pour accompagner le changement et les incitations à mettre en place. Les dispositifs d’observation et d’évaluation sont également des clés de réussite en mesurant l’impact des solutions en continu.

 

Plus d’informations sur les conseils de Bemobi pour déployer un PDE.

Pour nous contacter: mailto:contact@bemobi.fr

 

 

Projet de loi de finances 2018: trois grandes mesures pour l’automobile

Le Gouvernement a levé le voile sur le projet de loi de finances pour 2018. Révision du bonus/malus, alignement de la fiscalité du diesel sur celle de l’essence et le renforcement de la prime de conversion sont les trois grandes mesures pour l’automobile.

 

Bonus/ Malus

Le Gouvernement compte tout d’abord activer le levier du bonus/malus. Le PLF 2018 prévoit un abaissement du seuil de déclenchement du malus à 120 g/km de CO2, contre 127 g/km actuellement, et ce à compter du 1er janvier 2018. Dans le même temps, le plafond du malus sera relevé à 10 500 euros pour les véhicules émettant plus de 185 g/km de CO2.

À l’inverse, le bonus 6 000 euros appliqué aux véhicules électriques sera préservé. Le sort des hybrides rechargeables n’est pas encore précisé. En manœuvrant de la sorte, le Gouvernement entend se rapprocher progressivement de l’objectif européen de 95 g/km de CO2 en 2020.

 

Taxe carbone

Le projet de loi de finances pour 2018 prévoit en parallèle une convergence des tarifs de la taxe intérieure sur la consommation de produits énergétiques (TICPE) entre le gazole et l’essence. L’objectif est de porter les tarifs applicables à ces carburants au même niveau en quatre années, soit en 2021. La décision a ainsi été prise d’augmenter le tarif de la TICPE sur le gazole de 2,6 centimes d’euro par litre par an pendant quatre ans.

 

Prime à la casse

Elle concernera tous les propriétaires de véhicules essence d’avant 1997 ou diesel d’avant 2001 mis à la casse et qui se portent acquéreurs d’un véhicule neuf ou d’occasion faiblement émetteur de CO2. L’autre nouveauté est que la prime s’ouvrira à tout le monde, sans conditions de ressources. Elle sera toutefois portée à 2 000 euros pour les ménages non imposables et à 2 500 euros en cas d’achat d’un véhicule électrique neuf.

 

3èmes Assises Nationales des Plans de Mobilité

A l’occasion de la 7ème édition des Journées Mobilité Durable, la Fédération des Acteurs des Plans de Mobilité (FAPM) organise, les 3èmes Assises Nationales des Plans de Mobilité qui se dérouleront le 28 septembre 2017 à la Maison Minatec de Grenoble.

Ces Assises ont un double objectif ; celui de rassembler tous les acteurs des plans de mobilité qu’ils soient privés, publics, institutionnels ou encore associatifs, et de favoriser des synergies pertinentes basées sur l’échange et le partage d’expériences.

 

A cette occasion, Bemobi animera un atelier autour de la problématique Plan de Mobilité, centré sur la communication. La communication avec les collaborateurs est essentielle pour dessiner une piste d’amélioration et redonner souffle à son plan de mobilité.

Venez découvrir les retours d’expérience de Bemobi au cours de cet atelier qui se déroulera l’après-midi de entre 14h et 16h30.

 

Pour voir le programme de la journée: ici

Pour découvrir l’offre plan de mobilité de Bemobi

Pour plus d’informations: contact@bemobi.fr – 01 75 32 78 19

 

L’offre vélo de Bemobi, ils en parlent!

Lancée au cours de la semaine européenne de la mobilité qui s’est déroulée du 16 au 22 septembre dernier, la nouvelle offre de mobilité professionnelle de Bemobi a fait des échos.

 

Pour découvrir l’offre en vidéo:

 

Pour retrouver les articles sur le vélo partagé et le vélo à assistance électrique:

lesechos.fr

novethic.fr

lesechos.fr/pme-regions

#AssisesMobilité: « le vélo, c’est pour les autres »

 

Pour plus d’informations sur l’offre:

contact@bemobi.fr – 01 75 32 78 19

 

 

Bemobi dévoile sa nouvelle offre de mobilité professionnelle

À l’occasion de la semaine européenne de la mobilité (16-22 septembre 2017), Bemobi dévoile sa nouvelle offre de gestion de flotte de Vélos à Assistance Electrique (VAE) à destination des entreprises et des collectivités.

S’appuyant sur le savoir-faire unique du Groupe La Poste, acquis au travers de la gestion de 25 000 VAE destinés aux facteurs, cette démarche -encouragée par les pouvoirs publics, les exigences réglementaires, d’environnement et de santé publique- s’inscrit dans une dynamique déjà engagée au niveau européen.

En effet, les pouvoirs publics, conscients de ces évolutions et des bénéfices indéniables de la pratique du vélo en matière de santé et d’environnement, ont lancé plusieurs actions en faveur de son développement : plans de mobilité, plan national vélo, indemnités kilométriques vélo.

Présentation des offres

Vélopartage

Collectivité, entreprise, proposez à vos salariés des vélos à assistance électrique en libre-service avec l’offre vélopartage de Bemobi. Une station d’accueil connectée à un système de réservation en ligne est installée sur votre site et les vélos, ainsi que les équipements de sécurité, sont à la disposition de vos salariés à tout moment.

Vélo de fonction

Collectivité, entreprise, gratifiez vos collaborateurs et facilitez leur l’accès à la mobilité douce en optant pour le vélo de fonction. Le pack est composé par le collaborateur qui choisit dans une gamme de vélos et accessoires pour répondre à son besoin. 50 combinaisons sont possibles. En complément, un service VIP d’assistance est proposé pour s’adapter aux usages professionnels et personnels.

Vélo location longue durée

Collectivité territoriale, permettez à vos citoyens de disposer durant 3 à 12 mois d’un vélo à assistance électrique. Le dispositif est entièrement clé en main grâce au service complet de gestion et d’assistance Bemobi : plateforme de gestion et d’administration de flotte, système informatisé de réservation, assistance et maintenance, communication auprès des usagers. Ce dispositif permet de contribuer durablement à la réduction de la voiture sur un territoire en favorisant l’expérimentation.

 

Pour télécharger le Communiqué de presse

Pour plus d’informations: contact@bemobi.fr

 

La norme WLTP entre en vigueur!

Les constructeurs automobiles sont désormais soumis à la nouvelle procédure d’essai WLTP pour tous les nouveaux modèles de véhicules homologués en Europe.

La norme WLTP ou« Worldwide Harmonized Light Vehicles Test Procedure », a été conçu dans le but de normaliser les tests d’homologation à l’échelle mondiale, par le Forum mondial de l’harmonisation des règlements concernant les véhicules de l’ONU.

La réforme était dans les cartons depuis des années mais l’affaire des logiciels truqueurs de Volkswagen lui a donné un coup d’accélérateur salutaire.

Depuis le 1er septembre 2017, dans le cadre de la norme Euro 6d, il est devenu juridiquement contraignant pour les 28 États-membres de l’Union Européenne, ainsi que pour la Suisse, la Norvège, l’Islande et le Liechtenstein. Pour l’instant, ce cycle d’essai ne concerne que les nouveaux modèles des constructeurs. Mais en septembre 2018, toutes les voitures produites devront être certifiées suivant le test WLTP.

En Europe, elle remplace le cycle d’essai NEDC (pour Nouveau cycle de conduite européen), élaboré par la Commission Européenne dans les années 1970 et revu en 1996. Tous deux se déroulent sur bancs de test en laboratoire, mais le WLTP doit fournir des mesures plus réalistes de la consommation de carburant et des émissions polluantes des véhicules.

Au final, tout le monde se réjouit de l’entrée en vigueur de tests d’homologation plus contraignants. Les autorités européennes et les constructeurs n’ont pas attendu la révélation du scandale du Diesel truqué par le Groupe Volkswagen pour se réunir et réfléchir à remplacer le cycle NEDC : les négociations autour de la définition du cycle WLTP et de son complément RDE se sont étalées sur des années, chaque État-membre œuvrant pour protéger les intérêts de son industrie nationale.

 

(Source: www.flotauto.com – Septembre 2017)

Plus d’informations sur les démarches de développement responsable de l’entreprise.

Plus d’information sur la gestion de votre flotte automobile.