Seniors et conduite responsable

Le 25 avril dernier, la fédération ADMR du Lot organisait des ateliers de prévention aux risques routiers pour les personnes de 60 ans et plus, aidées ou non par l’ADMR. Cette formation entre dans le cadre du projet “Bien vieillir ensemble” de la fédération qui porte essentiellement sur la prévention routière.

Ces séances, encadrées par des bénévoles et des animateurs, ont permis aux séniors de faire un point sur leur aptitude à la conduite. Des conférences avec plusieurs thèmes ont été animées par des intervenants. Un simulateur de conduite leur a permis aussi de vérifier leurs réflexes. S’ils le souhaitaient, un test sur le code de la route leur était proposé.

L’atelier «Parcours fatigue et addictions», avec lunettes de perturbation de la vue simulant les effets de l’alcool, de la fatigue, des médicaments, a permis aux participants de découvrir comment ces effets sur le cerveau altèrent la coordination et l’analyse de la situation. Un second atelier portait sur le rappel des risques routiers et du code de la route.

Bemobi formation, spécialisé dans le changement au comportement routier, organise également des formations sur mesure qui répondent à vos besoins et s’adresse à tous types de conducteurs. Contactez un formateur Bemobi pour un contact personnalisé

 

(Source: http://www.ladepeche.fr 02/05/17)

 

Le jeu de prévention des risques routiers de Bemobi Formation

Découvrez sans attendre le meilleur jeu de prévention des risques routiers qui existe!

Un programme de jeux et d’ateliers sur la sensibilisation aux risques routiers à destination des professionnels

Dans le cadre des Journées de la sécurité routière au travail organisées par la Sécurité Routière, Bemobi du Groupe La Poste a annoncé la semaine dernière  le lancement de son programme de sensibilisation à la sécurité routière.

Ce jeu inspiré des « serious game », sous forme de jeu et d’ateliers  visant à échanger de manière ludique et efficace sur les risques routiers.

Il s’adresse aux entreprises et collectivités souhaitant mettre en œuvre une action de sensibilisation à la sécurité routière auprès de leurs collaborateurs à travers une animation interactive et participative qui mobilisera davantage l’intérêt des participants.

La sécurité routière représente un enjeu considérable pour les entreprises. En effet, les accidents de la route sont la 1ère cause de mortalité au travail avec 483 décès par an. Rappelons le également plus de 2/3 de ces décès ont lieu au court d’un trajet domicile-travail.

 Les règles du jeu :

Encadré par un formateur professionnel, ce jeu de prévention aux risques routiers est un moyen de fédérer les salariés-participants qui, par équipe, devront faire preuve de cohésion et être capables de prendre une décision ensemble afin de gagner contre l’équipe adverse.

Il a pour objectif premier de faire diminuer le taux de sinistralité en entreprise, va également permettre aux salariés de :

– réduire leur stress au volant

– adopter une conduite économique aussi  bien dans le cadre professionnel que personne

– les sensibiliser à la conduite rationnelle et prendre en compte des risques liés à la conduite irresponsable.

D’autres ateliers annexes peuvent être organisés en fonction du temps disponible et des objectifs de l’établissement :

 

– Atelier contrôle de son véhicule et de son chargement

Autour d’un véhicule, les participants réalisent un contrôle du véhicule (pneumatiques, niveaux, état général du véhicule, documents de bord, chargement,…). L’animateur précise les points clés à chaque étape et oriente les participants.

– Atelier code de la route

Mise en situation de type permis de conduire permettant aux participants de tester leur niveau de connaissance et de prendre conscience de leurs lacunes. Les thèmes abordés sont essentiellement liés à un usage professionnel du véhicule (règles de stationnement, nouveautés du code de la route…)

 

– Ateliers – parcours alcoolémie : simulation de pertes de contrôle en cas d’alcoolémie

 

– Atelier constat amiable : comment remplir efficacement ce document

Pour découvrir toutes nos formations: https://www.bemobi.fr/formation/

 

L’économie en partage, témoignage d’Orange

Les enjeux de la mobilité durable des entreprises deviennent de plus en plus complexes. Afin d’optimiser leurs performances économiques et écologiques, elles ont besoin de s’appuyer sur l’expertise de spécialistes. À l’instar d’Orange, qui a déjà formé 10 000 collaborateurs à l’écoconduite.

UN ENJEU ÉCONOMIQUE ET RÉGLEMENTAIRE

PATRICK MARTINOLI,

directeur de la gestion des véhicules pour le groupe Orange

Dans le cadre de la loi de transition énergétique, les entreprises regroupant au moins 100 salariés sur un même site auront l’obligation, d’ici au 1er janvier 2018, de mettre en place un plan de mobilité pour « améliorer la mobilité de leur personnel et encourager l’utilisation des transports en commun et le recours au covoiturage ». Ce qui implique pour les entreprises d’effectuer un diagnostic des déplacements, de définir un budget et d’accompagner leurs salariés dans une démarche globale d’écomobilité. « Un stage de prévention du rique routier nous coûte entre 200€ et 400€ par salarié, précise Patrick Martinoli, directeur de la gestion des véhicules pour le groupe Orange. Bien moins que les conséquences financières d’un accident, même bénin ». L’opérateur a fait appel à Bemobi pour former ses collaborateurs afin de les aider à augmenter le niveau de sécurité de leur conduite. Selon l’Observatoire du Véhicule d’Entreprise, « les entreprises qui appliquent l’écoconduite affichent une baisse moyenne des accidents de 10 à 15% ».

DES ÉCONOMIES VERTUEUSES POUR L’ENVIRONNEMENT

« Nos formations à la prévention du risque routier servent également à optimiser la consommation d’essence afin de réduire les émissions de gaz carbonique », avance Patrick Martinoli, qui a déjà formé près d’un tiers de ses effectifs depuis 2013. Les spécialistes estiment qu’une conduite adaptée permet de réduire de 5 à 10% la consommation de carburant et de diminuer d’autant les rejets de CO2 dans l’atmosphère. Comme dans de nombreuses entreprises, les salariés de l’opérateur de télécommunications ont commencé à conduire à une époque où les enjeux environnementaux n’étaient pas du tout d’actualité. « Aujourd’hui, grâce aux simulateurs de parcours utilisés pendant les formations, les salariés prennent conscience qu’ils peuvent économiser entre 0,5 et 1,5 litre d’essence sur 100 km », explique Patrick Martinoli. Une incidence non négligeable sur l’environnement, quand on sait que la flotte d’Orange compte quelque 20 000 véhicules. Par ailleurs, les véhicules électriques commencent à entrer dans les flottes d’entreprises. Orange en compte déjà 270. « Un chiffre qui double tous les ans, avec comme objectif de remplacer tous les véhicules qui roulent moins de 12 000 km par an par des modèles électriques », note Patrick Martinoli.

VERS UN NOUVEL USAGE DE LA VOITURE

On estime que l’autopartage permet de réduire de près d’un tiers les frais de déplacements des entreprises. Les salariés autorisés ont la possibilité d’emprunter un véhicule de la société pour leurs déplacements professionnels. Il suffit alors de le réserver via l’intranet de l’entreprise ou une appli, couplés à un code d’accès et un badge RFID. Mais il faut aller au-delà de la simple solution technique. « Nous sommes entrés dans la mobilité 2.0, considère Patrick Martinoli, et les pratiques d’écoconduite et d’autopartage nous obligent à repenser la gestion de notre flotte de manière globale ». On constate ainsi qu’entre 10 et 15% des flottes d’entreprises sont sous-utilisées. L’occasion de recentrer les investissements, par exemle dans des véhicules plus petits et plus économiques, comme vient de le faire Orange en renouvelant sa flotte avec 700 Citroën C3, dont une partie rejoindra les quelque 800 voitures déjà partagées. « Notre objectif est d’atteindre près de 2 000 véhicules en autopartage », indique Patrick Martinoli.

 

LES 4 PÔLES D’EXPERTISE DE BEMOBI

Du seul point de vue économique, les déplacements professionnels sont aujourd’hui le deuxième poste de coût des entreprises. Avec Bemobi, La Poste accompagne les entreprises et les collectivités dans la mise en oeuvre au quotidien de leur mobilité durable.

 

 

UNE EXPERTISE EN MATIERE DE CONDUITE RESPONSABLE ET ALTERNATIVE

FRÉDÉRIC DELAVAL,

directeur de l’unité d’Affaires Écomobilité de La Poste

« Avec ses 150 000 collaborateurs qui sillonnent au quotidien le territoire à bord de 85 000, La Poste a acquis une solide expérience de l’écomobilité. Notre offre Bemobi permet d’accompagner les entreprises qui veulent créer un cercle vertueux autour de l’amélioration de la sécurité et de la consommation des véhicules. Or, la meilleure manière pour une entreprise d’optimiser ses coûts et de diminuer ses risques routiers consiste à former régulièrement ses collaborateurs. Les 300 clients utilisateurs de Bemobi, dont une majorité de PME qui ont suivi notre cursus de formation à la prévention du risque routier, sont unanimes pour constater qu’il faut travailler sur la durée. Il faut aussi impérativement identifier les bonnes pratiques en amont. D’où l’importance d’analyser les pics d’usage des véhicules, afin d’apporter des conseils sur la bonne gestion d’une flotte d’entreprise. Depuis 5 ans, le coût de notre propre flotte reste stable alors que partout en France, ceux de l’énergie et des accidents ont augmenté. Preuve que notre gestion et notre travail d’accompagnement en interne portent leurs fruits. En parallèle, nous sensibilisons nos partenaires à une transition responsable vers plus de véhicules électriques. C’est une préoccupation de plus en plus fréquente chez nos clients ».

borne électrique

Les aides en faveur de la mobilité propre

Le Ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer encourage le développement de la mobilité propre limitant les émissions de polluants dans l’air et de gaz à effet de serre.

Dans le cadre plus général de sa politique en faveur de la transition écologique, le Gouvernement souhaite favoriser, via une aide à l’acquisition et à la location de véhicules peu polluants à travers un système de bonus-malus. Dispositif accessible également aux entreprises, celles-ci peuvent faire appel à l’expertise de Bemobi également pour les accompagner dans cette démarche plus propre.

Plusieurs aides pour favoriser l’acquisition de voitures, de camionnettes, de 2-3 roues électriques, mais aussi de vélos à assistance électrique sont disponibles. Tout le monde peut en bénéficier : découvrez comment en profiter !

Le bonus écologique

Le bonus s’applique aux véhicules neufs appartenant à la catégorie des voitures particulières (VP), des camionnettes (CTTE) et des véhicules automoteurs spécialisées (VASP), ainsi qu’aux véhicules à deux ou trois roues et quadricycles au sens de l’article R. 311-1 du code de la route. Les véhicules éligibles au bonus peuvent être immatriculés par des particuliers ou par des sociétés.

– Jusqu’à  6 000 € pour l’achat ou la location de longue durée d’une voiture particulière, d’une camionnette ou d’un VASP électrique ;
– 1 000 € pour l’achat ou la location de longue durée d’une voiture particulière, d’une camionnette  ou d’un VASP hybride rechargeable (à l’exclusion des diesels).

La prime à la conversion

Une prime à la conversion peut être cumulée avec le bonus si l’achat du véhicule peu polluant s’accompagne de la mise au rebut d’un vieux véhicule diesel, mis en circulation avant le 1er janvier 2006. L’aide totale peut ainsi atteindre 10 000 €. La prime à la conversion s’élève à:

  • 4 000 € si le véhicule neuf acheté est électrique. L’aide totale est alors de 10 000 €.
  • 2 500 € si le véhicule neuf acheté est un véhicule hybride rechargeable.

Les ménages non imposables peuvent également bénéficier de cette aide dans le cas d’un achat de véhicule peu polluant neuf ou d’occasion (euro 5 ou euro 6), n’utilisant pas de gazole.

Le bonus vélo

L’achat d’un vélo à assistance électrique donne droit à 200 € d’aides !

Bonus 2-3 roues et quadricycles électriques !

Tout le monde peut bénéficier d’une aide pour l’achat d’un véhicule à moteur 2-3 roues ou d’un quadricycle à moteur qui utilise l’électricité comme source d’énergie et qui n’est pas équipé d’une batterie au plomb.
L’aide peut atteindre 1 000 €.

 

Pour plus d’informations sur le dispositif: Bonus écologique

Pour plus d’informations sur l’offre de Bemobi: Plan de déplacement.

 

Sources: http://www.developpement-durable.gouv.fr/ (Mai 2017)

 

Les attentes des Européens en matière de mobilité

Ipsos et le Boston Consulting Group ont réalisé conjointement une grande étude sur la perception des infrastructures de déplacement en Europe par les ressortissants de 10 pays emblématiques de l’Union Européenne.

Retour sur les chiffres clés de l’enquête présentés en avril 2017 et sur le sentiment des européens sur l’avenir de notre mobilité de demain.

– Les Européens passent en moyenne près de 2h par jour à se déplacer tous modes confondus.
– La voiture est le mode de transport numéro 1 sur tous les déplacements contraints du quotidien (65 % l’utilisent pour se rendre sur leur lieu de travail ou d’études).
58 % des Européens sont insatisfaits de la fluidité du trafic aux heures de pointe.
36 % des actifs européens pensent qu’ils devraient déménager s’ils perdaient leur emploi.
61 % des Européens considèrent que les investissements publics en matière d’intermodalité sont aujourd’hui insuffisants.
66 % des Européens seraient prêts à moins utiliser leur voiture si les investissements nécessaires étaient réalisés.
77 % considèrent que les innovations futures dans le domaine des mobilités vont avoir des conséquences positives sur leur vie de tous les jours.

 

MOBILITE ET INSERTION SOCIALE

Aujourd’hui, plus d’1 Européen sur 4 a le sentiment d’être « un peu trop loin de tout » (26 %). C’est logiquement plus le cas des personnes habitant en zone rurale (44 %).
L’accès aux transports conditionne l’accès à l’emploi. Or les jeunes et les personnes aux revenus les plus modestes sont les plus nombreuses à estimer qu’elles sont « loin de tout » (32 % des 18-24 ans ; 29 % des revenus modestes). S’ils perdaient leur emploi, 36 % des actifs européens pensent qu’ils devraient déménager pour retrouver un emploi équivalent.

En effet, 44 % de ceux qui estiment qu’il est difficile d’utiliser les transports en commun à proximité de chez eux pensent qu’ils devraient déménager en cas de perte d’emploi.

 

LES CONDITIONS DE DEPLACEMENT

Les Européens se montrent globalement satisfaits de l’état général du réseau routier (67 %), même si des variations importantes entre pays existent, les plus satisfaits étant les Allemands (81 %) et les Français (74 %) et les moins satisfaits les Slovaques (56 %) et les Grecs (50%).
En revanche, les Européens se montrent particulièrement insatisfaits de la fluidité du trafic aux heures de pointe (58 %).
Ils ne sont que 44 % à être satisfaits des points de correspondance entre les différents modes de transports et 45 % en ce qui concerne le réseau de transports en commun urbain.
La grande majorité des Européens affirme ne pas avoir accès ou être insatisfaite de l’offre d’équipements proposée en termes de déplacements innovants. C’est le cas pour les vélos en libre-service (75 % n’y ont pas accès ou en sont insatisfaits), pour les stations de recharge des véhicules électriques (79 %) et pour les voitures en autopartage (79 %).

 

LES EUROPÉENS SONT OPTIMISTES

Les Européens sont persuadés que les innovations dans le domaine des véhicules et des nouvelles technologies vont bouleverser leurs déplacements. Ils considèrent que dans 15 ans, ils pourront rouler dans des véhicules électriques sur de longues distances sans problème d’autonomie (75 %), qu’ils laisseront leur voiture à l’entrée de la ville et n’utiliseront que des transports en commun accessibles depuis leur stationnement (70 %), que les véhicules ne rejetteront plus de gaz à effet de serre (68 %). Ils sont également majoritairement convaincus qu’ils pourront rouler sans aucun risque de panne ou d’accident grâce aux nouvelles technologies du numérique (57 %), que les voitures électriques se rechargeront en roulant (55 %) ou encore que l’on pourra rouler dans des voitures autonomes sur des voies réservées (52%), voire sur toutes les routes (46 %).

 

Pour voir l’intégralité du rapport: Les attentes des Européens en matière de mobilité – Avril 2017.

Source: http://m.ipsos.fr/ (26/04/2017)

 

Les avantages du covoiturage

Contrairement aux idées reçues, le covoiturage est aujourd’hui très simple et très pratique grâce aux applis et aux smartphones.

Le Groupe La Poste dont le tout nouveau siège est également présent sur le territoire d’Issy-Les-Moulineaux, a déployé en septembre dernier un programme d’envergure pour favoriser le covoiturage auprès de ses collaborateur et soutien les efforts de la ville sur ce nouveau modèle de déplacement par le projet Somobility.

Elle s’est pour cela fait aider dans le déploiement par Bemobi, sa structure conseil et solutions en écomobilité qui propose en partenariat avec WayzUp une solution globale de covoiturage dédiée aux entreprises.

Découvrez ci-dessous tous les avantages du covoiturage et notre contribution au projet Somobility avec WayzUp: