01 75 32 78 21
S'inscrire à la newsletter
24/03/2017

Retour sur les audits énergétiques obligatoires: quelles leçons peut-on en tirer? Où en sont les plans d’actions? Quels gains ont été réalisés? Et comment tirer parti de la prochaine vague d’audit?

Le 5 décembre 2016, cela a fait un an qu’environ 10000 entreprises françaises considérées comme grandes entreprises (c’est-à-dire dont l’effectif est supérieur à 250 collaborateurs ou dont le CA est supérieur à 50 M€ en même temps que leur bilan dépasse 43 M€) devaient remettre leurs rapports d’audit énergétique obligatoire réalisé dans le cadre de la transposition de la directive européenne sur l’efficacité énergétique (2012/27/UE). L’objectif: amener les pays de l’UE à accroître de 20% leur efficacité énergétique d’ici à 2020, limitant ainsi les émissions de GES et le réchauffement climatique.

Impératifs d’un audit à forte valeur ajoutée

Lorsque la question se pose, il convient de choisir d’auditer les sites, ou les activités, qui présentent a priori le potentiel d’optimisation le plus important. Ici, deux critères à privilégier: soit les sites concentrant la majeure partie des enjeux, soit ceux n’ayant jamais fait l’objet d’analyses poussées.

Un bon audit doit ensuite présenter une répartition des principales consommations. Il ne faut alors pas hésiter à recourir à des mesures ponctuelles sur les postes les plus consommateurs. C’est le cas des solutions proposées par Bemobi en accompagnant les entreprises suivant ses différents besoins, soit pour un audit simplifie, soit approfondi.

L’expérience montre en effet qu’il existe souvent des écarts entre la réalité et les idées reçues.

(Source: http://www.decision-achats.fr)

Toutes les actualités