S'inscrire à la newsletter *
24/01/2017

Au 6 janvier, seulement 500.000 Franciliens avaient commandé leur vignette Crit’air, c’est 10% des automobilistes franciliens. Certes, pour l’instant, ne pas l’avoir sur le pare-brise n’entraînera pas automatiquement une amende mais un décret ministériel est en préparation.

Obligatoire depuis le 16 janvier dernier, les vignettes antipollution Crit’air accompagnent les mesures prises par la mairie de Paris contre la pollution automobile.

Elles permettront déjà de cibler directement les véhicules les plus polluants lors des pics de pollution comme nous connaissons ces derniers jours. Mais ce n’est pas leur rôle premier : ces vignettes serviront aussi à réduire la pollution de fond, la pollution chronique. On assainit ainsi le parc automobile francilien en retirant de la circulation parisienne les véhicules les plus polluants.

La mairie de Paris précise que l’idée n’est pas de demander aux gens de vendre leur voiture mais de prendre d’autres alternatives à la voiture individuelle polluante entre 8h et 20h, en semaine, à Paris. L’Ile-de-France dispose de l’un des meilleurs systèmes de transport en commun au monde. On ne parle pas seulement de transports en commun. Beaucoup de Parisiens aimeraient se déplacer à vélo, mais ils ne le font pas parce qu’ils ne sentent pas en sécurité.

C’est dans cette optique qu’intervient justement Bemobi par le biais de solutions proposées en mobilité collaborative. Des réponses nouvelles générations aux trajets domicile-travail et à la mutualisation des véhicules. Bemobi s’appuie de partenaires reconnus pour son expertise technique pour réduire l’impact de l’autosolisme (Fait qu’un automobiliste soit seul dans son véhicule) sur l’environnement.

Toutes les actualités