Renouvellement des flottes de véhicules publiques : les décrets sont parus

Après les annonces de Ségolène Royal en réponse à l’épisode de pollution le plus grave de ces dix dernières années, la lutte contre la pollution de l’air prend une tournure plus concrète avec la publication des décrets d’application sur le renouvellement des flottes de véhicules des acteurs publics :

– Un premier texte fixe les conditions d’application des obligations d’achat ou d’utilisation de véhicules propres à la charge des gestionnaires de flottes de plus de vingt véhicules.

– Le deuxième texte définit les critères caractérisant les véhicules légers (voitures particulières et camionnettes) “à faibles émissions”. Il s’agit des véhicules électriques et hybrides rechargeables dont les émissions sont inférieures ou égales à 60 g de CO2/km. La mesure transitoire qui figurait dans le projet de texte a été supprimée. Le parc est estimé à 65.000 véhicules pour l’Etat et 125.000 véhicules pour les collectivités.

– Le troisième décret définit les critères caractérisant les véhicules lourds “à faibles émissions” (autres que les autobus et autocars), par référence à des types d’énergie plutôt que des seuils. Seul l’Etat est impacté, les collectivités n’étant soumises à aucune obligation sur leur flotte de véhicules poids lourds.

– Le dernier décret traite des flottes dédiées au transport public urbain de l’Etat et des collectivités.

Là encore, la loi fixe des objectifs contraignants lors du renouvellement d’un parc de plus de vingt autobus ou autocars, pour des services réguliers ou à la demande, avec un calendrier précis de mise en œuvre. L’Etat, ses établissements publics, les collectivités et leurs groupements, le Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif) et la métropole de Lyon, devront ainsi acquérir ou utiliser lors du renouvellement du parc, des autobus et des autocars à faibles émissions, dans la proportion minimale de 50% dès 2020 puis en totalité en 2025.

Vignettes antipollution Crit’air : on vous dit tout !

Au 6 janvier, seulement 500.000 Franciliens avaient commandé leur vignette Crit’air, c’est 10% des automobilistes franciliens. Certes, pour l’instant, ne pas l’avoir sur le pare-brise n’entraînera pas automatiquement une amende mais un décret ministériel est en préparation.

Obligatoire depuis le 16 janvier dernier, les vignettes antipollution Crit’air accompagnent les mesures prises par la mairie de Paris contre la pollution automobile.

Elles permettront déjà de cibler directement les véhicules les plus polluants lors des pics de pollution comme nous connaissons ces derniers jours. Mais ce n’est pas leur rôle premier : ces vignettes serviront aussi à réduire la pollution de fond, la pollution chronique. On assainit ainsi le parc automobile francilien en retirant de la circulation parisienne les véhicules les plus polluants.

La mairie de Paris précise que l’idée n’est pas de demander aux gens de vendre leur voiture mais de prendre d’autres alternatives à la voiture individuelle polluante entre 8h et 20h, en semaine, à Paris. L’Ile-de-France dispose de l’un des meilleurs systèmes de transport en commun au monde. On ne parle pas seulement de transports en commun. Beaucoup de Parisiens aimeraient se déplacer à vélo, mais ils ne le font pas parce qu’ils ne sentent pas en sécurité.

C’est dans cette optique qu’intervient justement Bemobi par le biais de solutions proposées en mobilité collaborative. Des réponses nouvelles générations aux trajets domicile-travail et à la mutualisation des véhicules. Bemobi s’appuie de partenaires reconnus pour son expertise technique pour réduire l’impact de l’autosolisme (Fait qu’un automobiliste soit seul dans son véhicule) sur l’environnement.

GNV: pas de gaz clairement identifié encore pour les véhicules de moins de 3.5 tonnes

Publiés le 11 janvier 2017, trois décrets viennent apporter une définition officielle à la notion de “véhicules à faibles émissions” apparue dans la loi sur la transition énergétique. Une terminologie essentielle pour les gestionnaires de parcs ayant l’obligation d’assurer une partie du renouvellement de leur flotte avec ces véhicules. Côté GNV, si le gaz est clairement identifié sur les bus et les poids lourds, il est malheureusement exclu des véhicules de moins de 3.5 tonnes.

Bemobi accompagne les structures publiques et privées dans l’introduction de véhicules propres au sein de leur flotte. Que vous soyez obligé de mener des actions dans un cadre réglementaire ou de conformité, ou tout simplement parce que votre entreprise est sensible aux impacts économiques et environnementaux de la mobilité, mener un diagnostic avant de déployer une solution permet d’optimiser ses futurs investissements et l’efficacité de la solution choisie.

Notons que les définitions aujourd’hui retenues seront amenées à évoluer, l’Etat prévoyant d’établir un rapport sur l’évolution des différentes technologies pour le 1er juillet 2018.

« Conseil de l’hydrogène », les multinationales créent un lobby de l’hydrogène

Treize industriels viennent de créer le « Conseil de l’hydrogène ». Ils veulent ainsi peser sur les pouvoirs publics et la société civile pour accélérer l’intégration de l’hydrogène dans la transition énergétique. Elles représentent un chiffre d’affaires de 1007 milliards d’euros et emploient 1,72 million de personnes dans le monde. Leur objectif est de « partager leurs vision et ambition pour l’hydrogène comme accélérateur de la transition énergétique », annoncent-elles par communiqué.

Pour l’instant, il est co-présidé par Air Liquide et Toyota. Pour sa première réunion, ses membres ont annoncé vouloir « intensifier leurs investissements » dans l’hydrogène et les piles à combustible. Leurs investissements cumulés atteindraient actuellement 1,4 milliard d’euros par an.

Initiative qui accompagne parfaitement les objectifs de Bemobi sur les alternatives proposées aux entreprises et collectivités pour la réduction des gaz à effets de serres et l’engagement à l’écomobilité. Des solutions adaptées afin que la part de mobilité des entreprises soit profitable et respectueuse de l’environnement.

Vignette Crit’air, un dispositif qui accompagne les initiatives de Bemobi à l’introduction de véhicules propres

Mis en vigueur à partir du 15 janvier 2017, les vignettes environnementales « Crit’Air » seront obligatoires pour tous les VU et VUL qui circulent à Paris.

Le dispositif du certificat qualité de l’air Crit’air a été mis en place conjointement par le ministère de l’environnement et le ministère de l’Intérieur pour réduire les émissions de polluants atmosphériques.

Initiative qui soutient les solutions proposées par Bemobi permettant de réduire significativement l’impact de l’automobile sur l’environnement.

A noter que les responsables de flotte d’entreprises ou d’administrations de 50 véhicules et plus peuvent faire un devis et effectuer des commandes groupées via un espace sécurisé (Espace Flottes Entreprise) sur le site.

Le certificat coûte 4,18 euros (payables en ligne) et est valable pour toute la durée de vie du véhicule. La facture (reçue par email), comprenant les informations du certificat, servira d’attestation jusqu’à sa réception par courrier.

Plus d’informations sur la réglementation en vigueur sur le site de la préfecture de Police

Bemobi accompagne les entreprises et les territoires pour optimiser les déplacements domicile travail

La mobilité, facteur essentiel de l’insertion professionnelle : 40% des Français estiment ne pas disposer d’un accès facile et rapide au réseau de transport local. C’est l’un des chiffres frappants publiés hier par le cabinet Elabe suite à une étude menée sur la “Mobilité et l’emploi”.

Voici les principaux résultats et enseignements de l’étude :

  • Un accès partiel et inégal aux différents réseaux de transport
  • Un diagnostic très partagé quant à l’offre de transport disponible
  • Les déplacements quotidiens, une expérience de mobilité difficile pour plus de 4 Français sur 10
  • Les difficultés de mobilité : un frein à l’insertion sur le marché de l’emploi
  • La conviction forte du lien entre mobilité et accès à l’emploi
  • La mobilité doit être un véritable enjeu pour les pouvoirs publics

Bemobi, expert en mobilité accompagne justement les entreprises et les territoires pour optimiser les déplacements domicile travail. Bemobi s’appuie sur des partenaires, fournisseurs d’une solution technique la plus pointue dans leur domaine pour déployer l’autopartage et le covoiturage.

Retrouvez toutes les solutions proposées par Bemobi sur la mobilité domicile-travail ici !

Allez plus loin que l’audit énergétique avec Bemobi

L’audit énergétique pour les entreprises de plus de 250 salariés ou de plus de 50 M€ de CA/43 M€ de bilan est aujourd’hui obligatoire. Dans l’industrie, l’audit énergétique est une étape indispensable mais pas suffisante pour gagner en efficacité énergétique et en compétitivité, nous rappelle sur Enviroclub Youmna Romitti, responsable pôle Énergie & Procédés industriels au Centre technique des industries aérauliques et techniques (Cetiat), et qui nous partage sa contribution.

Bemobi Conseil propose d’ailleurs une démarche complète permettant à l’issue d’un diagnostic ou d’un audit d’identifier les axes d’optimisation et définir un plan adapté. Bemobi accompagne les entreprises et collectivités engagées dans une démarche de développement responsable, mais aussi assujetties à une législation de plus en plus contraignante, notamment en matière de déplacements et de flotte.