01 75 32 78 19
S'inscrire à la newsletter
02/08/2017

Bonne nouvelle : il est désormais incontestable d’affirmer que le véhicule électrique peut être plus rentable que son homologue thermique ! C’est en tout cas ce qu’affirme un rapport du Commissariat Général au Développement Durable rattaché au Ministère de la Transition écologique et solidaire.

Baptisé « Analyse coûts bénéfices des véhicules électriques », le document dresse plusieurs scenarii prospectifs sur la rentabilité du véhicule propre aux horizons 2020 et 2030 comparativement à celle du véhicule thermique, le tout selon les caractéristiques des usages. Que la fiscalité sur l’essence soit ou non prise en compte, les conclusions sont dans tous les cas encourageantes.

 

Sur l’ensemble des motorisations alternatives testées, c’est la technologie 100% électrique qui tire le plus vite son épingle du jeu. Deux types de calculs ont été réalisés : l’analyse « socio-économique » et le bilan « TCO » prennent en compte les mêmes données, mais la première intègre les externalités environnementales sans la fiscalité des carburants, alors que la seconde fait l’inverse.

Principal enseignement de l’analyse : « l’usage en zone urbaine constitue le domaine de pertinence économique des véhicules électriques ». Plus onéreuse à l’achat que son homologue thermique, la technologie électrique peut cependant compter sur ses avantages – monétaires ou non – à l’usage pour compenser. C’est la performance du moteur à explosion qui fait la différence : moins celle-ci est intéressante, plus elle rend la batterie performante, et c’est en ville que cette situation est la plus fréquente.

Bien qu’encourageants, les bilans se montrent néanmoins timides sur certains points concernant le véhicule propre : la plupart du temps, celui-ci voit son avantage croître à mesure que décroît celui de son homologue thermique. Pourtant, certains progrès attendus dans les prochaines années seront inhérents à l’électrique, à commencer par la baisse sensible du coût des batteries attendue d’ici 2020 et dans une plus forte mesure pour 2030. Si elle avait été prise en compte, l’imminence de cette baisse aurait largement contribué à donner des résultats encore plus favorables à la technologie zéro émission.

Déjà annonciatrices de perspectives positives pour le véhicule propre, les conclusions de ce rapport sont néanmoins à affiner dans la mesure où l’avantage comparatif de la technologie électrique devrait s’exprimer plus fortement à long terme compte-tenu de la baisse de ses coûts de production et de la hausse de ceux liés à la technologie thermique. Pour autant, en intégrant les multiples coûts – y compris environnementaux – de la mobilité individuelle, et même en minimisant certains avantages de l’électrique, l’étude démontre qu’il peut être aisément rentable de rouler sans polluer.

 

(Source: avere-france.org – 27 juillet 2017)

Toutes les actualités